Les assurances du Ministre gabonais de l’Intérieur suite à la mise en place des commissions spéciales.

Libreville, le 15 / 01 / 2008 (GDAA) - Le Ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a confirmé le 13 janvier dernier à la faveur lors du débat télévisé majorité opposition que les délégations spéciales assureront les affaires courantes des collectivités locales, en attendant l'arrivée des nouvelles équipes.

 Les commissions spéciales qui vont assurer la gestion courante de l’administration seront formées par des agents du Ministère de l’Intérieur notamment les gouverneurs, les préfets et les hauts fonctionnaires des autres administrations. Ils auront mandat de signer les actes d'Etat civil, de célébrer les mariages ou d'octroyer les permis d'inhumer aux usagers.

 

 '' En ce qui concerne les naissances, toutes les données seront consignées dans des fiches et seront exploitées le moment venu comme à l'accoutumée'', a expliqué le Ministre de l'Intérieur en précisant par ailleurs que la gestion des fonds municipaux n'est pas de la compétence de ces délégations du fait que leur mission est d’assuré les affaires courantes. 

 

Par rapport à la grève des agents de l'hôtel de ville de Libreville il a fait savoir que les délégations spéciales qui seront mises en place n'auront pas pour rôle d'apporter des solutions aux problèmes des agents municipaux. 

 

 '' Le problème des agents en grève est désormais traité au plus haut niveau. Ce n'est plus l'affaire des maires ou des délégations spéciales. C'est pour cette raison que j'avais demandé aux grévistes de reprendre le travail en attendant l'issue de l'étude de la situation'', a-t-il relevé. 

  

Il était impossible à la CENAP d'organiser ces élections dans les délais légaux, étant donné que le problème de l'introduction des éléments biométriques dans le fichier électoral n'allait concerner que les électeurs de la capitale gabonaise. 

  

La majorité et l'opposition, après concertation, s'étaient entendue afin de mettre sur pied un nouveau cadre juridique pour la circonstance qui prenait en compte les éléments biométriques pour la confection du fichier électoral afin de mettre un point final au problème de fraude souvent mentionné par l’opposition gabonaise et qui devait être adopté par les deux chambres du Parlement. 

 

Le président de la Commission Electorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghé Ella, avait récemment, en présence du Ministre de l'Intérieur, demandé le report des élections à la Cour Constitutionnelle compte tenu des problèmes liés à la mise en place de tout les moyens nécessaires pour organiser des élections libres et transparentes aux yeux de tous les acteurs politiques. Cette requête a été accordée par la présidente de la Cour Constitutionnelle qui a donné une marge de manœuvre à la CENAP jusqu'à la fin du mois d'avril pour tout mettre en oeuvre.

 

Par Narcisse LEROY
© Copyright Gabon D'abord Actualités

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×