Alain Claude Bilie Bi Nze ex-ministre de la république derrière les barreaux

Libreville, 09/01/08 (GDAA)- Après son éviction du gouvernement, Alain Claude Bilié-Bi-Nzé, ex-ministre délégué auprès du Ministre d’Etat en charge des Transports, de l’Aviation civile et du Tourisme, a été incarcéré le mardi 8 janvier 2008 à la maison d’arrêt de Libreville pour émission de chèque sans provision. L’immunité parlementaire dont devait bénéficier cet élu de Makokou ne fonctionne pas encore.
 
 Quelques jours après la formation du nouveau cabinet Eyéghé Ndong dit de "mission", Alain Claude Bilié-Bi-Nzé, précédemment ministre délégué auprès du Ministre d’Etat en charge des Transports, de l’Aviation civile et du Tourisme, a été incarcéré le mardi 8 janvier 2008 à la maison d’arrêt de Libreville pour émission de chèque sans provision.

 Suite à un procès ayant eu lieu le 7 janvier dernier durant lequel il n’a ni comparu ni été assisté ou représenté par un avocat, l’ex-ministre s’est vu infligé par le tribunal de Première Instance de Libreville une condamnation à la peine de un (1) mois d’emprisonnement et à un million de francs CFA d’amende.
 De source judiciaire, Alain Claude Bilié-Bi-Nzé aurait acheté à une dame nommée Badinga un véhicule pour lequel il aurait émis un chèque sans provision et à la suite de quoi il envoyait la dame "paître". Le tribunal a condamné l’ex-ministre à payer à ladite dame les 7 millions de francs CFA, prix de vente du véhicule, et 1 million de francs CFA de dommages et intérêts.

 Né en novembre 1967 à Makokou, Alain Claude Bilié-Bi-Nzé a été élu député de cette ville en décembre 2006. Suite à sa sortie du gouvernement, il devait tantôt rejoindre l’Assemblée nationale. Le procès du 7 janvier dernier intervient au moment d’une intersession parlementaire qui ne lui a pas permis de recouvrer l’immunité parlementaire dont bénéficie encore son suppléant, Jean Mouaboudjè.

 Ancien président d’un syndicat d’étudiants gabonais, Alain Claude Bilié-Bi-Nzé a publié le 21 décembre dernier aux Editions du Silence à Paris un essai intitulé "Et si on en parlait ?" dans lequel il donne sa vérité des faits ayant conduit au déshabillage d’un recteur lors d’une grève d’étudiants en 1994.
 L’arrestation de Alain Claude Bilié-Bi-Nzé survient après le discours du président Omar Bongo Ondimba le 1er décembre dernier dans lequel il demandait à la justice de faire son travail à savoir, dénoncer les détournements des deniers publics, la corruption, le clientélisme, etc.

 Alain Claude Bilié-Bi-Nzé est le premier ancien ministre à être écroué pour entorse à la loi. Son arrestation intervient après celle de Hervé Fulgence Ossami, 42 ans, lui-même deuxième responsable d’une entreprise publique mis aux arrêts pour détournements de deniers publics après Ngoleine Ossouka, administrateur général du Fonds d’expansion aux PME-PMI (FODEX).

Par Narcisse LEROY
© Copyright Gabon D'abord Actualités

 

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site