Mékambo/Société: Les marchés abandonnés par les commerçants

Mékambo, 14/ 05 / 08 (Gabon D’Abord Actualités)

 Les marchés de la ville de Mekambo dans la province de l'Ogooué Ivindo sont depuis leur construction il y a dix ans par les commerçants du fait de leur éloignement des habitations villageoises constituant un manque à gagner pour leur activité principale.

Evalués à des dizaines de millions de francs les marchés municipaux de la ville de Mékambo dans l'Ogooué Ivindo construits par les anciennes équipes municipales il y a dix ans sont depuis lors abandonnés eux-mêmes par les commerçants de la ville qui refusent d'y exposer leurs produits.

Selon les riverains cette situation serait due à leur mauvais emplacement et leur éloignement des habitations villageoises car l'absence de transport urbain dans la ville ne favorise pas le développement des activités commerciales.

Ludovic un habitant de Mékambo a déclaré "c'est surtout l'emplacement car ces marchés sont mal placés. Premièrement les marchés doivent être construits dans un carrefour pour qu'il soit facilement fréquenté par les populations hors ce n'est pas le cas précisément car les marchés ont été construit loin des populations qui ont du mal à se déplacer".

"A l'avenir il serait souhaitable que les autorités tiennent compte de l'emplacement avant de construire un marché afin que les activités commerciales marchent parce que si ces points ne sont pas respectés tous ce que les autorités peuvent faire en matière de construction de marché ne marchera pas" a conclu Ludovic..

Seul un des trois marchés construits par les anciennes équipes municipales au quartier Kolamayongue est occupé par des exposants de friperie conte tenu du fait que celui-ci serait plus proche des habitations villageoises contrairement à ceux de Mbélakembé et d'Oboue complètement abandonnés par les commerçants.

Selon madame Mado "je crois que seul le marché de Mbélakembé qui est au bout et celui d'Oboue ne sont pas fréquenté par les populations à cause de l'emplacement qui est mauvais parce qu'ils sont éloignés des maisons et pour se rendre il faut nécessairement emprunter un taxi".

Faute d'être occupé par les commerçants le marché de Mbélakembé par exemple servirait de pré haut aux jeunes enfants de la localité pour leurs divertissements au quotidien. Cette situation devrait interpeller la nouvelle équipe municipale de Mékambo afin de rentabiliser ces investissements ayant occasionné une dépense au conseil municipal.

Par Rodrigue NGANGA MBENO
© Gabon D'Abord Actualités

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×